Search
jeudi 29 octobre 2020
  • :
  • :

Affaire First Magazine la version Jean Christ Amblard l’autre administrateur

Affaire First Magazine la version Jean Christ Amblard l'autre administrateur

Affaire First Magazine la version Jean Christ Amblard l’autre administrateur

Affaire First Magazine la version Jean Christ Amblard l’autre administrateur via L’intelligent d’Abidjan. « J’avais laissé mon cousin maternel avoir la main sur la page qu’il a réussi à positionner à un certain niveau. Pour moi, il s’agissait d’une page people et show biz.

Rien d’autre. Par la suite, Euloge a ouvert la page vers les faits de société , le social et le politique. Nous avons ensemble mis en place une régie indépendante légalement constituée pour tirer profit de l’audience de la page et en faire une activité rentable pourvoyeuse d’emplois pour de nombreux jeunes.
Le problème est que Euloge n’a pa voulu respecter les procédures. Il interfère dans les démarches commerciales de la régie , et propose des prix et des prestations au rabais, pendant que la régie discute pour avoir des meilleures propositions. Entre temps en 2016, Euloge a signé une convention avec un opérateur économique pour vendre le site à 10 millions Fcfa et céder 70% pour des actions à ce promoteur, sans même m’informer.
Interpellé par le promoteur pour qu’il mette les accès et le Buisness plan de la page à disposition, Euloge a fait savoir qu’il n’était pas seul, et j’étais son associé. C’est ainsi que cet financier est entré en contact avec moi. L’affaire est restée sans suite, alors qu’une convention de cession des parts a été signée.
Manifestement elle est nulle et de nul effet, puisque Euloge n’est pas le représentant légal, ni le propriétaire de la page dont il est plus ou moins co fondateur. Euloge n’a jamais voulu laisser la régie travailler tranquillement, sans pression ni interférence. Ce qui a fait déborder le vase ces derniers jours est qu‘il a supprimé tous les éditeurs de la page, et m’a moi même supprimé comme administrateur. Il a fait cela sans avoir pris toutes les précautions en vue du contrôle total de la page.
Face à cette situation, lorsque j’ai pu reprendre le contrôle grâce à des process d’identification auprès de Facebook , je lui ai enlevé la position d’administrateur, mais je l’ai maintenu comme éditeur, au même titre que les autres .
C’est à dire qu’il peut continuer à publier des textes , photos , et vidéos mais il ne peut pas administrer la page , et ajouter d’autres éditeurs , ni changer un certain nombre de paramètres, comme il l’avait fait, en se désignant en page de couverture comme le fondateur de la page, et en demandant à Facebook d’exclure la Suisse des pays , où on peut voir la page. À cause de moi, il a tenter de bloquer tout un pays.

En vérité, il n’y a pas eu de piratage de la page

En vérité, il n’y a pas eu de piratage de la page. Il y’a des dissensions internes et simplement un changement de statut à son niveau. Il est passé d’administrateur à éditeur jusqu’à nouvel , le temps que nous puissions nous entendre sur les règles. Je ne suis pas pour la rupture, mais j’estimais qu’il fallait une clarification. Euloge  n’a pas supporté la situation faisant de lui un éditeur comme les autres. Il a alors préféré crier au piratage de la page, et partir créer une nouvelle page concurrente avec le même nom. Ce qui sera difficile à tenir dans la durée»

Comments

comments

Lire aussi:
REMA représente la Côte d'Ivoire au forum pour l’entrepreneuriat pour les marches émergents en Afrique



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *