Search
samedi 14 décembre 2019
  • :
  • :

Africa CyberSecurity Conference 2019 : Les solutions efficientes à la sécurisation des banques dans la 4ème Révolution Industrielle (4IR)

Africa CyberSecurity Conference 2019 Les solutions efficientes à la sécurisation des banques dans la 4ème Révolution Industrielle (4IR)

Africa CyberSecurity Conference 2019 Les solutions efficientes à la sécurisation des banques dans la 4ème Révolution Industrielle (4IR)

Africa CyberSecurity Conference 2019 : Les solutions efficientes à la sécurisation des banques dans la 4ème Révolution Industrielle (4IR). Selon le forum économique mondial, les banques ont perdu plus de $ 1 billion de dollars à la suite de cyber attaques. La plupart de ces attaques surviennent par le biais des réseaux télécom sans être détectées.

Cela signifie que, malgré les progrès réalisés dans l’économie numérique, les cybers menaces constituent des risques réels qui nécessitent d’importants processus, des solutions (…).

Comment parvenir à extirper ces menaces des banques ? Est-il nécessaire de réguler le secteur des établissements financiers afin de le sécuriser au mieux ?

Telle est la problématique mise sur table à l’ouverture de la deuxième journée de l’Africa CyberSecurity Conference (ACSC 2019) à l’auditorium du Sofitel Hôtel Ivoire.

Lire aussi:
Orange Côte d’Ivoire parachève sa fusion absorption de Côte d’Ivoire Télécom

Cette table ronde a consisté, pour les panelistes, à proposer des solutions efficientes à la sécurisation des banques dans la 4ème Révolution Industrielle (4IR).

« Il y a des personnes qui se sont faits pour métier quotidien, la recherche des failles dans les systèmes des banques afin de les piller », a indiqué Monsieur Ali à l’occasion. Fort de cette réalité, comment relever le niveau de protection de ces banques ?

A cette question, selon Michel Bobillier, Program Director of Security Tiger Team, « il est utopique de parler aujourd’hui de risque zéro en entreprise (…), néanmoins, il importe de mettre en place des dispositifs sécuritaires élémentaires pour s’assurer une protection minimale ».

A propos du rôle des régulateurs des banques dans la 4IR, il a expliqué que la régulation est très importante car les banques ne sont pas seules en cas d’attaques et de perte de données (…), cela oblige les entreprises à solidifier leurs systèmes de défense ». Avant de conseiller « Il ne faut donc pas négliger la cybersécurité, ne pas sous-estimer l’adversaire qui s’avère être d’ailleurs très fort et structuré et enfin, éduquer les institutions financières sur ces risques », conseille Michel Bobillier.

Lire aussi:
Seedstars World 19 Abidjan’s quest for the best startups in Côte d’Ivoire, successfully comes to an end

L’auditoire, quant à lui, s’est dit ravi d’avoir eu part à ce débat enrichissant qui ouvre l’esprit des uns et des autres sur la nécessité de sécurisation des banques.

« Aujourd’hui les échanges sont très intéressants, ils mettent en avant la transparence sur la cybercriminalité qui fait partie du quotidien de toute entreprise.

Les panélistes nous ont servi un cocktail de mesures transversales pour lutter contre ce fléau, démasquer les personnes qui agissent dans le noir et les réprimer comme il faut par des cadres de régulation (…) ».

Un pays exposé aux cybercriminels est un pays en danger non seulement pour sa population mais aussi pour l’évolution de son économie, son développement et sa stabilité.

Lire aussi:
La Standard Chartered Bank, la seule vraie banque 100% digitale  

A ce titre, au terme du panel, les conférenciers ont appelé à la recherche constante de nouvelles techniques de prévention, à l’anticipation sur les risques en faisant régulièrement des tests de pénétration et enfin, à la communication, à la consolidation des synergies afin d’implémenter des systèmes de sécurisation commune et au renforcement des capacités des établissements financiers.

Notons que les portes de cette 4ème édition de l’ACSC se refermeront dans la soirée de ce jeudi 04 octobre 2019 à Cocody (Abidjan). Deux autres activités alléchantes seront servies aux participants à partir de l’après-midi ; il s’agit notamment de « l’African Women 4 Tech (AW4T) et le TEDx.

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *